LONASE 7E EDITION DU GRAND PRIX DE LA LONASE A THIES

Le Grand prix de la Loterie Nationale Sénégalaise (Lonase) a été couru ce Dimanche 11 Mars 2018 à l’hippodrome NDiaw Macodou Diop de Thiès. Il a été remporté haut la main par Adja Collé Fall  de l’écurie Adja Thiouth.  Cette belle fête des chevaux a été présidée par le Directeur Général de la Lonase, Monsieur Amadou Samba Kane, qui, entouré des directeurs de la société, a magnifié au cours d’un point de presse avant le démarrage,  les relations solides entre la Lonase et le Cng des courses hippiques.

La journée dite classique dotée du Grand Prix de la Lonase, organisée ce Dimanche  11 Mars 2018 à l’hippodrome municipal NDiaw Macodou Diop de Thiès, a connu un franc succès. La fête était belle. Cette course a battu le record d’affluence depuis le début de la saison hippique. Les turfistes se sont déplacés en masse pour vivre  en direct  cette grande manifestation sportive, qui a également battu le record en termes de participation de chevaux.  Au finish, Adja Collé Fall a remporté le jackpot en pliant les 2200 m en 3mn05s. Auparavant, lors de la conférence de presse d’avant course, le Directeur Général de la Loterie Nationale Sénégalaise (Lonase), M. Amadou Samba Kane, a magnifié, après l’accueil chaleureux que les agents  de l’Agence de Thiès lui ont réservé, « le partenariat entre la Lonase et le Cng des courses hippiques ».  Une coopération qui, selon M. Kane, ne date pas d’aujourd’hui et qui, chaque année, est matérialisée dans le calendrier des courses hippiques du Sénégal. « Chaque année, juste au moment de l’ouverture de la campagne, le Cng des courses hippiques, pour lancer la campagne, dédie la deuxième journée à la Lonase. Nous sommes donc venus magnifier, avec l’ensemble des travailleurs de la Lonase, cette coopération entre notre boite et le Cng des courses hippiques », a-t-il dit, avant de renchérir : « nous prenons une partie de notre chiffre d’affaires annuellement pour subventionner le Cng des courses hippiques. Et c’est cette subvention qui lui permet d’organiser les courses ».

En dehors de cette subvention de la Lonase au Cng des courses hippiques, Amadou Samba Kane de signaler que  sa structure sponsorise  également des  activités comme la journée de Lonase. Aussi,  dans le cadre de leurs investissements, le Cng des courses hippiques fait souvent appel à eux, qui, dans la mesure du possible, leur vient en aide. « C’est le cas quand il a voulait disposer de stalles de départ. Nous avons également acheté et mis à la disposition du Cng la photofinish qui lui permet de déterminer avec exactitude l’arrivée dans l’ordre », a fait savoir le patron de la Lonase. De la même manière, ajoute-t-il, la Loterie nationale a eu à intervenir dans le cadre de la formation des jockeys à Paris. Tout cela, selon M. Amadou Samba Kane, « pour dire que nous sommes à la disposition du Cng des courses hippiques à la limite de nos moyens. S’il nous sollicite, nous l’aidons pour qu’il puisse organiser ses courses correctement mais aussi pour l’amélioration de la race chevaline en gros ». Le Directeur Général de la Lonase  n’a pas manqué de souligner que les relations qui lient sa boite et le Cng des courses hippiques « ne s’arrêtent pas simplement à la subvention que nous lui donnons mais nous voulons surtout améliorer ses conditions de travail ». Pour cela, il a annoncé un projet de la Lonase de « faire des prises de paris sur nos propres courses ». Actuellement, relève-t-il, « ce n’est pas le cas pour plusieurs raisons, notamment le problème d’infrastructures parce que nous n’avons pas d’hippodromes  qualifiés ».

Mais, signale-t-il, « la race chevaline a déjà été améliorée et actuellement nous pouvons normalement et valablement faire des prises de paris sur nos chevaux, mais le préalable, ce sont d’abord ces infrastructures qui ne sont pas encore mises en place ». Sur ce registre, il mentionne que cette question reste « la préoccupation du Président de la République et nous ferons tout pour que d’ici quelques temps on puisse avoir des hippodromes dignes de ce nom, pour organiser des courses de la même manière qu’elles sont organisées dans d’autres pays comme le Maroc et l’Afrique du Sud. Et que dorénavant, on puisse faire les premiers paris sur les courses sénégalaises ». Car, renseigne-t-il, « ça coûte très cher d’organiser des prises de paris sur les courses étrangères ». Mais le patron de la Lonase espère qu’« on arrivera un moment où on fera des économies en organisant des prises de paris sur des courses sénégalaises ».

M. Falle NDIAYE

Chef Service Communication